28.8 Kilorap: Le Kachot fait sa rétrospective 1998

8 Décembre 2011 / par

Les posts 28.8 Kilorap visent à réhabiliter les groupes qui ont marqué l’histoire du rap québécois, avant qu’il n’existe une structure compétente pour immortaliser leur contribution au patrimoine musical québécois. Avant Mediafire, les sites russes de piratage de rap en français, les sections «urbaines» des disquaires, HHQC, Hip Hop franco (et, dans une certaine mesure, 10kilos.US), le seul endroit où la scène bouillonnante du rap montréalais pouvait s’exposer, c’était la radio. Les émissions s’enregistraient, s’échangeaient et étaient distribuées par les fans, qui chérissaient leur cassette parfois autant que les systèmes qui les faisaient jouer.

**********

Pour ceux qui sont au courant des choses ancestrales du rap québécois, vous pouvez tout de suite passer au paragraphe 3.

Le Kachot est une émission mythique dans le paysage québécois. Baye Sikime a officié à la barre de l’émission sur les ondes de CISM à la fin de fin des années 90. Une période particulièrement fertile pour le rap québécois, l’«âge d’or» selon plusieurs, qui verra la sortie d’albums fondateurs auxquels on réfère encore aujourd’hui: «La force de comprendre» de Dubmatique, «514-50 Dans mon réseau» de Sans Pression, «Armageddon» I et II de Rainmen, «Suce mon index» de Traumaturges (liste non-exhaustive, complétez dans les commentaires si vous vous sentez lésés). Le Kachot va donc être souvent au bon endroit, au bon moment, et accueillir des artistes pertinents de ces années, qui vont souvent y écrire l’histoire (sans le savoir bien sûr).

Il existe une banque des émissions du Kachot qui sommeille sur des cassettes quelque part, je le sais. Ce n’est qu’une partie des archives, puisque CISM, stupidement, en a détruit beaucoup lorsque l’émission a cessé d’exister. Nous ne mettons pas de côté l’idée de rendre disponible en vrac les enregistrements qui ont survécu au temps et qui comporte une valeur historique indéniable, mais c’est un projet qui dépasse le cadre de ce post.

J’ai choisi cette émission pour 2 raisons. C’est la première émission de l’année 1999, et tout au long de l’émission on y présente en rétrospective l’année 1998. Vu qu’on est dans la période annuelle de la chose, je me suis dit qu’il y avait déjà une prédisposition d’écoute pour les palmarès chez notre lectorat, même s’il date d’il y a 13 ans. Deuxio, l’équipe du Kachot reçoit Malik AKA Sagewondah et son associé de The 5th element, qui viennent annoncer le show issu de la compilation «Ça tappe trop pour les faux» (autour de la 30e minute). On ne croirait pas ça en entendant l’entrevue plutôt molle, mais cet événement va entrer dans la légende comme une des célébrations les plus marquantes du rap de cette époque. C’est pour vous mettre en appétit vu qu’on prépare la numérisation de la tape de Ça tappe trop pour les faux, qui sera rendue disponible ici même avant Noël, gratuitement et avec nos compliments.

En joie.

DWNLD — 28.8 Kilorap: Le Kachot, rétrospective 1998

5 Commentaires

  1. Karim says:

    Yo l’entrevue est pas molle…

  2. Khyro says:

    Damn. La cassette Ça tape trô pour les faux sur le web…Nice.

  3. legros says:

    On est rendue à noel et je ne trouve toujours pas le mixtape …je me meurs d’impatience…
    j’ai crissement hâte
    legrosjoe AKA la goutte

  4. legros says:

    Cette émission est trop ill….
    Crisse que j’étais maganné le vendredi matin a la fin du secondaire et au debut du cegep…
    peace out kachot et Nuit blanche (qui semble oublié mais qui faisait un boulot tout aussi remarquable)
    la goutte
    again
    ben soul

LAISSE UN MESSAGE

Votre adresse courriel n'est jamais publié. Les champs obligatoires sont marqués *

*
*