Clip Lipsynch: Angel Haze – No Bueno

12 Juin 2013 / par

Les rappeurs se out-weird, se out-drug et se out-fashion a un rythme déroutant pour le commun des mortels. L’élastique entre le fumeur de joints occasionnel en jeans 4 tailles trop grandes et les explorateurs de la zone reculée des limites rapistiques tire sur le blanc. Le point d’ignorance mutuelle est passé depuis longtemps, mais je crois qu’on est plus très loin du point de rupture.

***

Le texte est somme toute assez conventionnel: la rappeuse prend tous les chemins pour expliquer en quoi elle est meilleure que les éventuels (et virtuels) copieurs et copieuses. Repris par une chorale improbable de figurants et figurantes, la chanson (et le concept entier de ce type de rap contre des épouvantails) est vite dénaturé lorsqu’il est entonné, comme dans la vraie vie, par des fans qui existent, eux, pour vrai.

Donc la parodie opère sur deux niveaux. Le premier, de voir beaux, laids, grands, petits, hommes, femmes, travesties, Latinos, Blancs, Noirs, qui s’approprient les mots, les combats et la vision du monde d’une artiste avec laquelle ils ne partagent, en apparence, pas grand chose. Ensuite, on démontre habilement l’absurdité même de ce type de chanson: cathartique pour la personne qui l’écrit, mais souvent ridicule pour ceux qui le reçoive. En démontrant pour une rare fois «l’effet» d’un texte de rap, plutôt que sa production (ici: ce dont ont l’air les gens qui lipsynch VS la rappeuse qui aurait elle-même livré son message à la caméra), on réussit à détourner créativement le clip de rap, un objet souvent assez générique, tout en proposant de la matière à réfléchir sur un archétype hyper courant du genre.

PS: Je connais très peu de gens qui prendrait le «eat my clit» lancé par la rappeuse comme une punition ou une forme d’humiliation.

via Smoking Section

TAGS

            

Un Commentaire

  1. lajo says:

    hahaha meilleur chose

LAISSE UN MESSAGE

Votre adresse courriel n'est jamais publié. Les champs obligatoires sont marqués *

*
*