clipping.: expérimenter avec les canons du genre (profil)

14 Mai 2014 / par

Ouverture: est-ce que la musique dite «expérimentale» l’est par sa structure, ses sonorités, ses intentions, ou plutôt par le positionnement que prennent ses auteurs, motivés à l’idée de se soustraire du cadre «normal» et «populaire» ?

La réponse la plue vraie, même si c’est plate, est probablement un peu des deux. clipping. s’est toutefois mis comme défi de désarticuler ces associations. Après tout, avec le retour de popularité de la bizarreté dans le rap, leur démarche s’inscrit naturellement dans l’air du temps:

clipping. imagine their work as simply one method among many— no more or less avant-garde than the stark, unrelenting soundscapes coming out of Chicago, the psychedelic blur of contemporary Atlanta rap, the ultra-minimal party clap currently dominating the West Coast, or the off-kilter post-backpack sound. source

En deux mots: le trio semble être beaucoup moins expérimental que la musique qu’il sort en son nom.

Midcity, complètement auto-produit dans un salon, est sorti en février 2013. C’est la voix de Daveed Diggs, tartinée d’un bord à l’autre de l’album, qui sert de colonne vertébrale aux explorations sonores de Jonathan Snipes et William Hutson. Il réussit à ne pas être trop lourd, un problème qui me bloque souvent du «champ gauche». En fait, bien souvent, un verbatim de ses textes pourrait être rappé sur une production «grand public» de votre choix, de Tyler à Mustard, sans que ça ne clash. Et si on ne sait pas toujours de quoi il parle (ce qui n’est vraiment pas exclusif à l’expérimental, de nos jours), on se laisse volontiers porter par son habile maîtrise des règles rythmiques de son art et des images percutantes qu’il évoque (ce qui est beaucoup plus rare).

Morceau préféré: Bullshit.

Un dénouement aussi heureux qu’inattendu les attendait: cinq mois après la sortie de MidCity, l’étiquette SubPop, qui fait pas mal d’effort pour s’adapter à la dé-rockisation de l’expérimentaiton, les recrutait. Sur CLPPNG, le deuxième projet disponible le 10 juin, le groupe a eu le bras plus long et les pochettes plus profondes pour poursuivre le développement de son idéal fusionnant noise et rap «commercial». Le génial vidéo pour le premier single, ci-haut, avec Cocc Pistol Cree aka Lady Killer, vient tout juste d’être lancé, donc difficile de savoir comment ce premier effort «avec moyens» changera la dynamique du trio, mais il suffit  de regarder les invités annoncés pour avoir hâte d’entendre le résultat: Gangsta Boo (de Three 6 Mafia), Guce, omniprésent dans la baie de SF depuis 2005 et King Tee, légende de la côte Ouest, qui a  inspiré Notorious BIG  et mentoré Xzibit. De savoir qu’ils seront sur le même album que Tom Erbe, un designer de synthétiseurs/bébélles étranges pour faire du noise, est aussi surréaliste qu’invitant.

TAGS

                        

LAISSE UN MESSAGE

Votre adresse courriel n'est jamais publié. Les champs obligatoires sont marqués *

*
*