COACHELLA — RECAP

24 Avril 2012 / par

Je me suis rendu à Coachella pour le deuxième week-end avec quelques épais pour voir de quel bois l’hologramme se chauffait. On a pas vraiment vu de quoi il s’agissait, mais le chauffage était définitivement de la partie.

JOUR 1

Jai pas vu grand chose le premier jour…c’est tellement grand et en groupe, le concensus est difficile. Sebastian a eu ses moments. Kendrick Lamar était égal à lui-même, pas si fou mais je vais lui donner un break car l’ambiance du main stage en plein jour à 39 degrés celsius rend l’appréciation très difficile de quoi que ce soit. Frank Ocean était pas mal mais ça n’a pas trop levé on dirait. Après je sais plus trop ce que j’ai fait. On avait trop bu et il faisait chaud et je me rappelle juste d’avoir vu Swedish House Mafia à un kilomètre de distance. C’était drôle mais encore une fois, l’ambiance du gros stage aide pas à créer une atmosphère propice à ce genre de trucs.


Sebastian 

JOUR 2

Je suis arrivé beaucoup plus tard pour éviter de cuire, acceptant de manquer Black Lips (erreur…), Azealia Banks (apparemment c’était plate) et Borgore (jai eu en masse de dubstep anyways). On a pogné un peu de Martin Solveig…c’était un peu plate évidemment. Après ça j’ai consommé des champignons magiques et les choses se sont un peu bousculées. Flying Lotus était fou. Musique futuristique mais la foule me rendait un peu fou alors j’ai erré vers les populations moins denses de Bon Iver, là où on pouvait chiller par terre. Je me rappelle surtout des lumières. Tout ça est mélangé avec Miike Snow et Radiohead. J’ai pas osé bouger de mon spot tranquille à part pour aller pisser et c’était toute une aventure. Dormi sur ASAP Rocky mais il parait que c’était plate alors pas grave.

JOUR 3

Là yavait beaucoup d’action. Tout jouait en même temps alors jai pas vu plus que 20 minutes de chaque band. Flux Pavillion était fou. Grosse sauce mais le dubstep c’est un peu le tabasco de Coachella, ça finit par goûter juste ça. Santigold correct pour caler des bières au beer garden. Ensuite araabMusik et ses prouesses de MPC parsemé de cris de femmes en douleur. Pogné un peu de Gaslamp Killer, apparemment c’était très fou. The Hives c’était très drôle. Un bon show enfin au main stage avec le coucher de soleil qui rendait tout ça plus acceptable. Les speakers à The Weeknd marchaient pas. On en a profité pour hang out avec Molly et voir où ça allait nous mener. Personne pour checker Airplane Boys. Calvin Harris plein d’émotions. Company Flow devant 200 personnes pour 8 steps to perfection. Girl Talk comme d’habitude. Justice épique mais pas beaucoup d’ambiance (encore la faute du main stage). Ils faisaient des mash-ups de toutes leurs tounes et ont même joué un petit bout de On to the next one de Jay-Z en intro pour D.A.N.C.E. Le combo suivant de AVICII / Modeselektor a définitivement été le hightlight du festival, et même si je suis pas trop fan, jai quand même apprécié voir Thom Yorke débarquer devant 300 personnes pour faire This avec Modeselektor. Finalement ya eu le truc avec l’hologramme pis les 12 rappers dont tout le monde parle depuis une semaine.


AVICII (crédit photo Alix Ouellet) 


ARAABMUSIK


Flux Pavillion 

DÉCEPTIONS

— Niveau rap c’était assez décevant. Dr Dre pis Snoop ça compte pas, mais où étaient les RiFF RAFF, Soulja Boy, Waka Flocka ou d’autres trucs du genre. Pas beaucoup d’innovation de ce côté là.

— Pas d’hologramme de DJ Mehdi durant le show de Justice (crédit de blague: Baz)

— Tout le monde a engagé le même motion designer pour les visuels des invités électro.

— Tout le monde joue Whos gonna save the world tonight

— Beer garden = laid. Ça encourage les jeunes de 16 ans à faire beaucoup de drogues.

— Se sentir vieux

TOP 5 de BAZ

#5 — The Hives Ex aequo Miike Snow
Deux groupes que j’aime beaucoup et qui ont donné de très bonnes performances. Dommage que The Hives jouait un peu trop tôt.

#4 — Swedish House Mafia
Recette infallible pour tribal musclé torse nu ; montée EPIC avec voix de femme qui mène a un gros beats house d’une minute. Répète cette formule pendant 1h30.

#3 — Flying Lotus
Je ne savais pas que Flying Lotus était black. Ça explique ben des affaires. Fou beats, fou spectacle. Le lotus a mis la foule dans sa poche arrière, a packté les ptis et est rentré chez lui.

#2 — Black Lips
Les punk-rockeurs d’Atlanta avec le plus de swag. Fidèle à eux-mêmes, les gars ont livré un excellent show. Mention spéciale au skit avec  Biggie en holo-carton et au fait que Cole soit fan fini de Riff Raff

#1 — Dr. Dre & Snoop Dogg
Un moment précieux de 2 heures ou Dr. Dre, Snoop, Warren G, Kurupt, Kendrick Lamar, Tony Yayo, 50 Cent, Wiz Khalifa, Eminem et Holo-Pac vont m’avoir fait danser, chanter et pleurer. Un grand moment.

Déception 

A$AP Rocky
Je suis un très grand fan de A$AP Rocky. J’ai écouté son album sur repeat pendant 6 mois. Je suis arrivé à la tente Gobi très high et mouillé comme une jeune écolière. Finalement j’ai réalisé que A$AP n’a pas encore compris comment donné un excellent show ; intro éternelle avec tout son posse, aucunement la même voix que sur disque, longueur … Pas complètement raté grâce à son swag et son charisme, mais loin d’être à la hauteur de mes attentes.


Holo-carton de Biggie durant Black Lips. 


Waste & recycling commandité par Gucci Mane. 


EARL Sweatshirt (photo par BAZ) 

TOP GPG

#5 — SebastiAn

Premier show du festival que je voulais voir. Beaucoup de gros beats sales. Beaucoup de vodka-powerade rapidement dans mon corps. Beaucoup de drapeaux bleu-blanc-rouge. Beaucoup de projections de sa grosse face de français qui fume des clopes. Après avoir mangé, je me suis endormi pendant une heure trop claqué de l’alcool et du soleil.

#4 — Dj Shadow
Je l’ai manqué à Montréal l’an dernier ce show là. La sphère 3D là… Les projections était très folles, mais musicalement, Shadow se cherche. La planète n’est plus en 1996 (I wish…). J’aurais bien fumé un joint avec lui par contre.
#3 — Girl Talk
Esti de malade mental. Ce micro-biologiste mashupeur était un peu la plus folle personne du festival, festivaliers inclus.
#2 — Flying Lotus
Ce dude a compris quelque chose. Tous ses beats étaient “le meilleur beat que j’avais jamais entendu de ma vie”.
#1 — Modeselektor
Je l’ai manqué à Montréal la semaine dernière ce show là. La formule Coachella était probablement plus folle. Peu de gens sous une grande tente, des tracks de tous leurs albums et une grande finale. Épique. Des frissons pis toute. Oui, Tom Yorke sur le stage avec eux pour faire Shipwreck. Fou raide. Beaucoup de lumière, un peu de vent. Presque sur la MD.
Mentions Spéciales
Black Lips (fou holograme de Biggie Small, merci pour la découverte Baz) + The Weeknd (le son pas assez fort) + Radiohead (classique) + Miike Snow (folles versions dancefloor de leurs tounes qu’on est plus capable d’entendre) + Justice (same ol’ same lol’)
Déceptions
Azealia Banks (elle a pas de souffle et pas assez de tounes) + Trop de dubstep en général (beaucoup trop de dubstep)
Modeselektor


TAGS

               

2 Commentaires

  1. lkb says:

    Straight to GRBM: «Grosse sauce mais le dubstep c’est un peu le tabasco de Coachella, ça finit par goûter juste ça.»

  2. Jesuis Gabbo says:

    ca m’a rappelé que je voulais aller en Californe mais pas à Coachella

LAISSE UN MESSAGE

Votre adresse courriel n'est jamais publié. Les champs obligatoires sont marqués *

*
*