Contenu Canadien: The Airplane Boys

12 Avril 2012 / par

Je n’étais pas vraiment familier avec les Gars de l’avion. Toronto, c’est si proche et si loin…

Je suis une demi-minute en retard sur les blogues «premier-tiers». Le duo de Beck Motley (Mannie Serranilla) and Bon Voyage (Jason Drakes)a déjà son profil sur Nosey et ils étaient invité à SXSW. Leur topo est pas aussi bon que le nôtre, mais il s’écoute bien quand même et y’a en masse de videttes:

En entrevue, un des dudes (le non-asiatique) dit qu’il y a toujours eu beaucoup de talent à Toronto, mais que c’est maintenant que les projecteurs sont braqués sur la ville. Je sais pas pourquoi, mais j’en doute. J’ai plus l’impression que les rappeurs de Toronto ont trouvé une certaine identité quand ils ont arrêté de copier ce qui se passait 500 kilomètres au Sud de chez eux. Quand ils ont arrêté de vouloir être les nouveaux Maestro Fresh Wes et ont bien voulu créer leur propre identité sonore.

C’est un peu le concept de Moneyball (2011), le meilleur film de baseball qui est finalement un film mathématico-philosophique sur la capacité à surmonter intelligement ses problèmes. Quand Brad Pitt a compris qu’Oakland ne serait jamais New York, Boston ou Chicago, il a commencé à agir en conséquence. Comme n’importe quel ex-AA le sait, le déni est la première étape à surpasser vers la rémission. Je pense que ça s’applique très bien au rap également. Le rap de l’Ontario a été longtemps dans la cave du classement général, mais ça a payé, pour Drake, Khat, Abel, Omar Linx & Zeds Dead, et maintenant Airplane Boys. Dans leur cas très précis, c’est aussi beaucoup parce qu’ils se sont améliorés depuis 2009 qu’on leur accorde un peu (plus) d’attention aujourd’hui.

Pour les fans d’Arcade Fire:

 

Leur plus récente mixtape/album, qui s’appelle Alignement, se défend assez bien.

TAGS

                        

LAISSE UN MESSAGE

Votre adresse courriel n'est jamais publié. Les champs obligatoires sont marqués *

*
*