DWNLD: Boldy James – Trapper’s Alley (Pros & Cons)

25 Janvier 2012 / par

Ma revue préférée de l’année est toujours celle de David Drake, qui est pas mal mon critique préféré de rap. Il collabore régulièrement à Fader, Complex et Pitchfork, en plus de tenir l’excellent (et dense) blog We Eat So Many Shrimps. Ils ont pas de twitter, 120 likes facebook, pis ils s’en crissent de parler juste de rappeurs qui seront rarement connus ailleurs que dans leur quartier.

Étant donné que Drake va chercher des artistes dont je n’ai jamais entendu parler (et qui sont rarement référencés ailleurs que par lui), ça prend quelques heures pour passer à travers ses meilleures chansons et meilleures mixtapes de l’année.

J’ai immédiatement sauté sur son numéro 1, le projet de Boldy James, de Détroit. Et je suis tombé sur le cul. La tape est imposante: 28 morceaux séparés en 2: d’abord les «Pour», ensuite les «Contre».

Mais Boldy est une seringue intraveineuse directement planté dans l’abcès pourri de son pays. Aucun glamour ni distinction ici: les stupéfiants sont la seule manière de faire de l’argent, que ça soit ton boy qui fume du kush ou ton voisin qui se pique au smack, il vaut toujours mieux que ça soit toi qui vende. L’excellent «I sold dope all my life» (ci-haut) parle de lui-même.

James n’essaie pas d’être drôle dans la tragédie. Danny Brown le fait déjà très bien. Pas trop de bullshit macho à la Freddie Gibbs non plus. Non, juste une description au «je» d’un des pires endroits sur terre. Et des références à l’âge d’or des Wings (waddup Sergei Fedorov). Musicalement, Trapper’s Alley est diversifié: on n’est pas dans le Texas de Lex Luger, ni tout à fait dans le Chicago de No I.D., mais on change assez souvent d’atmosphère pour toujours garder l’attention sur la prochaine histoire de Boldy. Et des skits de The Wire, ça me parle inévitablement.

Une excellente découverte d’un artiste qui va nécessairement finir mort ou en taule.

DWNLD: Boldy James – Trapper’s Alley (Pros & Cons)

2 Commentaires

  1. Guindon says:

    «…en prison ou en taule.»

    Ou mort?

One Trackback

  1. [...] a été un coup de foudre instantané avec Boldy James et son Trapper’s Alley. C’est donc les yeux fermés qu’on vous piste sur cette [...]

LAISSE UN MESSAGE

Votre adresse courriel n'est jamais publié. Les champs obligatoires sont marqués *

*
*