Entrevue Sale : Party Wiggaz from the north side II

15 Mai 2012 / par

Je suis toujours un peu gêné quand les gens me demandent dans quel bar on joue le meilleur rap à Montréal. À part le Exxotica au coin Parc/Fairmount, je ne recommanderais aucun établissements ou soirée à quelqu’un qui suit ce blogue pour le rap.

Et je sais que je ne suis pas le seul :

«Demande à mes amis : Je me ramasse tout le temps fuckin’ pissed à 3h du matin parce que j’ai gaspillé plein de cash dans un bar pis j’ai même pas pu danser parce que la musique était trop wack.», lance Hard To Offend (HTO), un des principaux artisans de l’incontournable blogue Mook Life. «Soit que c’est de la musique de Winamp 2002-03, genre Ante Up ou Mos Def, ou du shit commercial ou des affaires de nerds full futuristes. Y’a pas de soirées avec du gros beat du South. Personne le fait. Moi je suis pas un DJ, faque j’insistais avec mes amis DJ, puis BOOM ça s’est produit».

«Ça», c’est Wiggaz from the North Side, un party dont la deuxième édition se tiendra vendredi prochain. Le concept est né de beaucoup de chialage, d’acharnement et d’un peu de hasard. «Quand j’ai rencontré Tommy Kruise [le même qui honore régulièrement nos pages virtuelles], je me suis rendu compte qu’on avait le same mind quand ça vient à Three Six [Mafia] pis au South. On est exactement pareil», explique-t-il.

Un projet de mixtape se métamorphose en party quand le Zoobizarre leur offre leur salle à 10 jours d’avis. C’est  très dernière minute pour un évènement. Encore plus quand c’est une première et que le headliner est un génie malheureusement encore méconnu.

«On avait un peu peur que ça floppe, mais on a eu un gros turn out. Le monde fumait de la grosse drogue partout, y’en a qui avait rentré des bouteilles, y’avais des filles que je connaissais pas qui se faisait shaker le cul sur scène. C’était malade.», ajoute HTO.

Three 6 Mafia, particulièrement Juicy J et DJ Paul, connaissent présentement une seconde carrière, propulsée par les goûts ironiques d’une certaine jeunesse urbaine blanche et par des collaborations grand public, comme celle avec Tiesto, Sean Kingston et Diplo.

C’était donc, incidemment, un très bon timing pour une initiative comme Wiggaz.

«Moi personnellement ça fait 10 ans que j’écoute du Three 6 Mafia. Tous leurs projets, les albums solos, tous les gars affiliés. Pendant longtemps, j’étais le seul à bumper ça dans mes amis. Là maintenant, tout le monde fait du South».

Le Dirty South, plus qu’une branche particulièrement fascinante de l’histoire des musiques afro-américaines, résonne particulièrement pour la communauté autour de Mook Life, qui met l’honnêteté, la persévérance et l’individualité sur un piédestal.

Pour HTO, «le South n’a jamais eu de phase «Swiss Beatz» ou «East coast». Ils ont toujours fait ce qu’ils font, sans essayer de suivre le marché. Si t’écoutes les vieux albums de Three 6, c’est les même machines, les même samples. Les gars sont platinum dans leur propre État. Ça c’est du gros love, de la grosse communauté. Ils ont pas besoin d’aller chercher des ventes ailleurs».

Leur Oscar, remporté en 2005 pour «It’s hard out there for a pimp» du film Hustle & Flow, est l’exemple suprême que rester soi-même paye toujours, inévitablement. «Qui a gagné un Oscar ? Pas KRS-One. Respect à KRS-One, mais il a pas gagné d’Oscar.», lance-t-il, sourire en coin.

Et même si c’est vrai que la musique n’est pas réputée pour les gentils, HTO est intraitable. «On n’a pas de problème avec personne, nous : On veut que les vieux mooks sortent de leur cave, que les geeks viennent, les hipsters, les punks aussi, on s’en fout. C’est la même mentalité qu’avec le blogue : on hate personne. Mais on a zéro tolérance pour ceux qui n’ont pas de tolérance», avertit-il.

*Toutes les photos proviennent de Mook Life.

***
**************************CHANGEMENT**********************************
Le WFTNS aura plutôt lieu au club Lambi, coin St-Laurent et Mont-Royal.

Vendredi 18 mai

Wiggaz From The North Side

**************CHANGEMENT*************************************
Le WFTNS aura plutôt lieu au club Lambi, coin St-Laurent et Mont-Royal.

5$

5 Commentaires

  1. jfdumais says:

    salaud & salissant

  2. kevsk8 says:

    lol sick interview. big uppppp pour cette soirée qui défonce

  3. qrlrq says:

    Si ca commence a Montréal on oublie ca pour le Québec. bonhomme triste.

  4. TommyKruise says:

    T’inquiètes mon gars, c’est déjà dans les plans pour moi de venir fumer plein de weed pis jouer des beats malsaints à Québec, Juillet le tout devrait se dérouler

  5. qrlrq says:

    bring it on, ca manque de ca ici!

LAISSE UN MESSAGE

Votre adresse courriel n'est jamais publié. Les champs obligatoires sont marqués *

*
*