Key!, la pièce-clé pour comprendre Atlanta en 2014 (profil)

22 Novembre 2014 / par

Il a été partout en 2014, mais c’est loin d’être impossible que vous ne l’ayez pas vu. Coincé dans la bibliothèque du rap d’Atlanta, il a pitché des livres, fait du morse avec la poussière et jouer avec les montres, sans que le restant des 4 autres dimensions ne comprennent trop ce qui leur tombait dessus.

Pour tout dire, il a perdu beaucoup de temps avec Two 9, un collectif qu’il a co-fondé et qui n’a jamais vraiment décollé, le destin des organisations avec trop de hâte et pas assez de leadership. De fait, c’est depuis qu’il a laissé son ancien groupe rejoindre tout seul le musée des horreurs qu’est devenu la carrière de Mike Will Made It que son nom s’est mis à voyager.Récemment, sur l’étrange, mais obsessif «Look at wrist» avec Makonnen et Father, et l’énorme «Bitch U guessed it», issu d’un EP collaboratif avec OG Maco, Give Em Hell.

La petite anecdote autour de cette chanson en dit beaucoup sur le rapport de Key! au succès : Il a renié rapidement la chanson, alors qu’elle était au début de sa viralité, a décidé de ne pas apparaître dans le clip et d’en retirer son verse. 11 millions de views, un remix avec 2 Chainz et un deal de Maco avec Quality Control, l’écurie des Migos,  plus tard, il n’éprouve aucun regret: «Man, I don’t even like that song». Il a plutôt choisi de rouler avec «Give ‘em hell», issue de la même session que «Bitch U guessed it» (et dont il a coupé la contribution de Maco dans la version clip).

Ajout: OG Maco ne semble pas trop bien prendre la chose. Il a sorti «Fat Fuck» au moment où j’écrivais ces lignes, un diss qui s’adresserait à son ancien collaborateur.

YouTube Preview Image

Dire que Key! n’est pas opportuniste relève de l’euphémisme: Il est à moins de deux coups de téléphone de Wiz Khalifa, Migos, Drake, Future et à peu près tout le reste d’Atlanta, mais il préfère continuer à faire des morceaux étranges avec ses amis (Brandon Thomas, Trap Money Benny, Sonny Digital, Man Man Savage, Father, Makonnen, etc.) depuis la maison de sa grand-mère, chez qui il habite. Est-ce qu’on aurait trouvé le dernier rappeur humble des Amériques ?

YouTube Preview Image

Son plus récent projet a été produit en entier par FKi, des amis d’enfance, bien avant que leur carrière explose à la grandeur de l’Amérique. Le travail de proximité, sans limite de temps, entre gens qui se connaissent bien est encore la recette la plus infaillible pour sortir de l’art intéressant, et «FKEYi EP» confirme la règle. C’est la moins chaotique, la plus «grand public» et, à mon avis, la plus aboutie de ses sorties des deux dernières années. Elle renferme aussi ce qui devrait être son hit qui va le plus loin, «Good Lord», sans conteste l’hymne 2014 de toutes les mères monoparentales qui travaillent fort de 22h à 3h. Inexplicablement, la chanson n’a même pas encore de clip officiel.

YouTube Preview Image

Ce qui est à venir pour le trublion en 2015 est littéralement imprévisible, vu la stratégie professionnelle atypique du bonhomme. Mais rien n’indique qu’il ne va pas continuer à faire à sa tête, à refuser les projets douteux qu’on lui pellettent, à créer avec ses amis pour les bonnes raisons et à ne pas avoir trop soif, trop tôt.

La position de maître du jeu de l’ombre lui semble réserver pour au moins 12 autres mois.

TAGS

                  

LAISSE UN MESSAGE

Votre adresse courriel n'est jamais publié. Les champs obligatoires sont marqués *

*
*