Kosmo Shinobi, les 2 faces d’une même jeunesse (clip)

21 Octobre 2014 / par
YouTube Preview Image

L’industrie du disque essaie de conserver un équilibre qui doit occuper bon nombre de départements légaux et de cabinets d’avocats: faire de l’argent avec les adolescents/jeunes adultes (le brocoli) en utilisant l’EDM et le rap (le grilled cheese), dont la pertinence (et donc l’attrait pour ladite clientèle visée) repose sur des valeurs, un vocabulaire et une iconographie avec laquelle ces corporations ne veulent pas être associés. S’en suit donc: contorsions, allusions, évocations à double-sens… et hilarité pour les récepteurs, qui voient bien le jeu cynique dans lequel on essaie de les inclure.

Deux exemples récents:

Ce refrain, poussé par Universal/Island, qui joue sans cesse là où vous êtes susceptible d’entendre de la musique. Avec le clip (que j’ai découvert il y a 10 minutes), on comprend un peu mieux le contexte, mais au premier degré, c’est assez explicite comme commande.

Ce drôle d’objet culturel où Diplo Yellow Claw et Waka Flocka transforment un morceau qui parle de vendre de la cocaïne/crack en un PSA anti-drogue qui, sur mute, est en tous points pareil à la campagne 0droguepourmoi.ca

***

Parce que le sujet et le contexte de tournage étaient épineux, la démarche de réalisation fut rigoureuse. Présentation du concept, pré-entrevues et sélection des individus, rencontres des parents (qui ont tous donné leur autorisation) et, plus important, une consigne claire sur les interactions: en aucun cas l’équipe de tournage n’a participé, aidé, encouragé ou facilité (genre: faire un lift) les actions des participants. Le montage me semble assez honnête, et les personnes filmées ont eu la chance de voir le résultat final et ne se sont plaints ni d’être mal présentés ou cités.

Le seul problème de ce clip, c’est de ne pas mentir. Éviter les exagérations de part et d’autre du spectre «abstinence-abus» pour zoomer sur des jeunes normaux, avec des goûts, des vies, des amis et des loisirs qui, s’ils ne feront pas l’unanimité chez les parents et directeurs d’école, sont la norme. Du moins ils l’étaient lorsque nous avions 15 ans, et le monde ne s’est pas encore écroulé.

En fait, la sagesse et l’équilibre dont font preuve les individus filmés est d’autant plus louable qu’elle tient tête au bombardement de mensonges, manipulations et demi-verités dont ils sont habituellement la cible.

 

Un Commentaire

LAISSE UN MESSAGE

Votre adresse courriel n'est jamais publié. Les champs obligatoires sont marqués *

*
*