La fois où on a posté, sans ironie, une chanson d’un rappeur évangélique (clip)

2 Juillet 2014 / par

Sur une production qui détourne astucieusement le classique de Luniz, LeCrae fustige le rap à numéro qui abonde sur le web. Ce sont ses barres d’introduction qui ont d’abord capté notre attention:

Let me guess you counting money to the ceiling
Difference ‘tween us like at least a couple million
It’s foreign cars, pretty girls everywhere you go
Yeah I heard it 30 times on the radio
Lou Vuitton ain’t gon’ pay you for that bragging
And Donatella prolly never heard your album

J’ai déjà évoqué l’idée d’un artiste rap complètement numérisé, et pour être franc, une grande quantité de nouveaux artistes offrent des résultats équivalents ou inférieurs à ce qu’un algorithme de base  peut générer. De la même manière, je pense qu’il n’y a aucun intérêt à faire la promotion de marques sans être grassement payés. Acheter son identité à fort prix à des designers promut gracieusement par des artistes me semble un très mauvais modèle d’affaire.

Là où moi et LeCrae nous distançons par contre, est sur le fait que le rap ne devrait jamais être un outil d’éducation, ou un guide à suivre. S’il veut rester divertissant, le rap se doit de demeurer un divertissement. Sinon, donnons tout de suite les clés du char aux différents ministères de l’éducation.

LeCrae, qui est probablement le rappeur évangélique/gospel le plus en vue, prépare avec «Nuthin» la sortie de son 7e album, Anomaly.

TAGS

            

LAISSE UN MESSAGE

Votre adresse courriel n'est jamais publié. Les champs obligatoires sont marqués *

*
*