Non-sortie secrètement ambiguë de trois nouvelles chansons d’Alaclair Ensemble

14 Avril 2014 / par

La mise en marché de musique devrait être un terrain d’exploration aussi fécond que sa création. Et avec Lost dans le deep web, Alaclair Ensemble montre que nul n’excelle aussi bien dans les deux domaines qu’eux.

Lancé en catimini hier soir à minuit, le http://alaclair.com/deep-web promettait un lien vers un nouvel album surprise. L’intrépide couche tawr qui mordait à l’hameçon tombait plutôt dans un labyrinthe visuel, au bout duquel on promettait un disque. Rappel charmant qu’il y’a rien de vraiment gratuit dans la vie.

Ce qui aurait pu être un parcours obligé, pénible et inutile s’avère une chasse au trésor hilarante dans un écosystème pur bas-canadien. Après avoir négocié la porte d’entrée en cliquant furieusement n’importe où, le Thésée moderne se rend vite compte qu’il y a une logique à ce dédale. Le jeu et la situation constitutionnelle du Québec sont affligés par  les même culs-de-sac: Gaëtan Jabbarette, la reine, Couillard, la violence, les bas blancs. Pour résoudre l’énigme, le cliqueur doit se poser la question: de ces personnes, lesquelles font partie du problème, et lesquelles font partie de la solution. Et ne jamais hésiter avec les oignons.

Le pénitent qui arrivera au bout de l’énigme sera finalement récompensé par 4 liens, qui se révéleront eux aussi vaporeux. Des 12 morceaux offerts, 3 seulement sont complets («3 point», «Chien», «Backstage»).  Ils couvrent le spectre musical qui est devenu la marque de commerce du groupe: 3 point est un banger de rap sportif; et le B-side contient des ballades funk robotisée.

Des 9 autres, on n’a qu’un court aperçu. C’est cruel, parce que ça semble être une excellente récolte. Vraisemblablement, les morceaux ont été enregistrés cet hiver (le groupe a fait une de ses retraites créatives en janvier, ce qui correspond avec la dernière date de modification de «Chien»). Mais comme dans tout bon vaporware, la date de sortie officielle demeure floue.

PS: Les références aux onions sont un clin d’oeil à Tor, le fureteur officiel du Deep Web, dont l’anonymat repose sur un système de protection en pelures d’oignon.

2 Commentaires

  1. Marco Chevalier says:

    salut les minces! je suis un fidele danseur durant vos shows ! vive le bas! ben hate au nouvel album!

LAISSE UN MESSAGE

Votre adresse courriel n'est jamais publié. Les champs obligatoires sont marqués *

*
*