Prix du Rapriote 2011: L’XTRMST.ZEN & OGDEN

2 Janvier 2012 / par

Si vous êtes sortis de Montréal dans les deux dernières semaines, vous n’avez sûrement pas été exempts du petit racisme mou, de la généralisation «du gros bon sens» et des montées de lait sur Montréal et sa sur-tolérance aux «ethnies» (de couleur, de religion, de langue).

Le problème c’est que vous n’avez pas probablement pas su quoi répondre: les sophismes du «gros bon sens» ont ceci de dangereux qu’ils appellent à l’ignorance passionnée du coeur et des tripes plutôt qu’à la logique des faits et statistiques gérables uniquement par le cerveau.

Je suis de ceux qui pense que l’humain recule partout, tout le temps (waddup Foglia). Magasiner au Future Shop à Saguenay, manger au Dunkin’ à Trois-Rivières, payer pour des reprises de hits américains dans une revue de l’année, ça scrappe autant le modèle québécois que le Chinois unilingue de NDG et tous les «sapins des fêtes».

Ceux qui devraient se sentir le moins responsable de tout ce laisser-aller, ce sont ceux qui creusent la culture québécoise contemporaine, et ceux qui l’encourage. Et si le rock-folk a occupé le haut du pavé au début 2000, le rap québécois fait présentement plus que sa part pour ré-actualiser ce qu’est l’identité québécoise.

Deux de mes poster-boy préférés de ce mouvement sont Ogden, d’Alaclair Ensemble, et L’XTRMST.Zen.

Le premier est immigrant de deuxième génération et, par sa fougue, sa connaissance et son inventivité, à réussit à renouveler le discours sur la dichotomie constitutionnelle québécoise en réssuscitant (pas tout seul, mais pas loin) dans un emballage séduisant et populaire, les figures incontournables du mouvement patriotique du Bas-Canada pour mieux parler de notre époque.


Le deuxième s’est ressuscité lui-même. Pionnier des balbutiements du rap québécois du XXe siècle, L’XTRMST.Zen est revenu à l’avant-plan en remettant au goût du jour le catalogue folklorique québécois en le déjavellisant et en l’ancrant dans la réalité contemporaine québécoise.

Félicitations aux gagnants de 2011 qui ont contribué de manière magistrale au renouveau de la culture québécoise qui croit assez en elle pour ne pas avoir peur de l’autre.

Et chapeau à tous les nominés: il reste un an avant la prochaine édition, et pas mal de boulot à faire.

2 Commentaires

  1. Guindon says:

    Je n’ai qu’une seule chose à dire: Bravo à toi Laurent pour avoir battu ton propre record du meilleur article de blogue de tous les temps.

    Les records sont faits pour être battus.

    Et je co-signe tout ce que tu as écrit. Parfois, les mots me manquent pour expliquer tout ce que je sais au plus profond de moi-même. Et souvent, ces mots finissent par sortir de ton clavier.

    Merci l’ami!

    J’ai déjà hâte de savoir qui sera le Rapriote de l’année 2012!

LAISSE UN MESSAGE

Votre adresse courriel n'est jamais publié. Les champs obligatoires sont marqués *

*
*