PROFIL: Dillon Francis

11 Octobre 2011 / par

Certes, ce n’est pas le gars le plus underground dont j’aurai parlé ici. Mais Dillon Francis est un autre beau spécimen de Mad Decent. On ne sait pas trop ce qu’il faisait avant que Dave Nada invente le Moombathon, mais il est tombé dedans comme un nez dans la farine. Il a perfectionné «la recette à 108 BPM» en remix, mais particulièrement en DJ set. Il tourne d’ailleurs pas mal avec le moombathon des autres, ce qu’il l’a un peu désigné d’office comme le marchand itinérant le plus visible de la scène. Le go-to guy, le premier nom dans le Google de ta tête.

À Osheaga, il a droppé un set remarquablement efficace sur la scène Piknic: de l’or tombait du Calder. Ça a été un peu une révélation, parce que je n’étais pas (et je ne suis toujours pas) un fan avéré de moombathon, en enregistrement numérique s’entend. Parce qu’avec des enceintes et des subwoofers, on rentre dans une autre dimension. Il doit y avoir une explication bio-métrique, parce que la recette transforme le plus Créationniste en babouins lancinant sur sa branche.

Le cirque s’arrête vendredi à la SAT. C’est aussi l’after party du show de Skrillex. Prière de s’attendre à des coupes asymétriques.

Un petit échantillon représentatif de l’oeuvre du dandy du rythme:

Un mix pour le Hard Fest de cet été:

Dillon Francis – HARD Summer 2011 Mixtape by HARD hardfest.com

Son set au Boiler Room.

 

Un mix pour Flux “I Can’t Stop” Pavilion.

DILLON FRANCIS 25 MINIMIX ON FLUX PAVILION TAKEOVER BBC RADIO1 by DILLONFRANCIS

LAISSE UN MESSAGE

Votre adresse courriel n'est jamais publié. Les champs obligatoires sont marqués *

*
*