Profil: G-Eazy

11 Août 2011 / par
YouTube Preview Image

Le premier rappeur rock-a-billy ? Le Drop The Lime du boombap? Le Dany Zucko du hip hop ?

G-Easy, natif d’Oakland (Pour tous mes poches en géo: Raiders/Bay Area/San Francisco/Côte Ouest) pourrait être un stéréotype de tout ce que le mythe de la Côte Ouest a à offrir. Mais non.

Probablement aussi dur: il réussit aussi à slalomer entre les travers qu’on reproche aux tumblr-rappeurs blancs contemporains (Mac Miller, Asher Roth, Mike Posner, et autres), qui ont un son particulier, mais qui sont juste vraiment trop égocentriques/plates et dont la vie utile de la musique dure d’habitude à peu près 2 écoutes.

On remarque d’abord la qualité et la spécificité des beats, qui pigent dans l’âge d’or du swing léger, circa 1950, une époque très peu pillée par les producteurs de rap. En plus ils sont souvent de la même personne qui rappe.

Même s’il joue sur la carte du beau gosse bronzé de l’Ouest et qu’il dit qu’il écoute quotidiennement A tribe called quest et les Beatles, il ne se cache pas dans la nostalgie bien pensante du rap. Les hi-hats peuvent être très South, et il ne se gêne pour ralentir le pitch, façon «chopped n screwed» ou rajouter du vocorder. Sinon, les refrains ultra-catchy devraient rendre tout ça comestible pour quiconque ne tolère pas le rap.

Il a déjà 6 sorties de matériel original et de reprises (Dâm-Funk, Metronomy, Au revoir simone, Cults). J’ai téléchargé/écouté The Outsider jusqu’à maintenant, et c’est un bon point de départ pour les curieux.Tout est sur sa page de téléchargements.

Sauf sa dernière sortie, The Endless Summer, d’où est extraite le clip ci-haut.

TÉLÉCHARGE: G-EAZY – THE ENDLESS SUMMER.
The Endless Summer by g-eazy

PS: C’est fuckin’ bon.

Un Commentaire

LAISSE UN MESSAGE

Votre adresse courriel n'est jamais publié. Les champs obligatoires sont marqués *

*
*