Profil: HD

23 Mai 2012 / par

HD vient de la baie de San Francisco, une zone qui a toujours été méconnue à l’extérieur de son marché local. C’est vers 2005, à l’heure où tout le monde cherchait la prochaine particularités hyperlocales du rap à nationaliser, que plusieurs ont commencé à tomber dans le hyphy et découvrir les aspects culturels uniques qu’ont développé les acteurs de cette scène (le ghost whippin’, pour ne nommer que celui-ci).

Il roule avec un crew qui s’appelle le BearFaced. Ils font toujours les pires choix pour se représenter. Face d’ours, c’est déjà pas très cool, mais c’est rien à côté de leur logo très très laid. Un genre de mélange entre Deezer, Winamp et une compil’ d’eurodance à rabais.

Ensuite: HD, c’est fuckin’ pourri en terme de SEO. Mais c’est pas mal mieux que 600bj (comme dans «6 centaines de pipes»), une dénomination très facile à trouver, mais un peu bizarre (imaginez ce que Freud dirait d’un gars qui comptabilise vraiment ses fellations, données ou reçues, c’est pas clair). Le seul qui sauve un peu l’affaire, c’est Lil’ Rue (nommé d’après Ruger, la marque du premier pistolet qu’il a eu), qui est probablement le BearFaced qui a le plus rayonné à l’extérieur de son cercle immédiat.

Mais HD demeure mon préféré. Principalement parce qu’il a toujours l’air de faire pitié. Il a des grands yeux, un grand corps maigre, qui supporte une tête de chien battue. Ça ne l’aide pas non plus d’être tout le temps magané dans ses vidéos… un bracelet d’hopital, un bras dans le plâtre, une canne. En plus il se ramasse toujours en prison. C’est sûrement pas le cas, mais j’ai l’impression que c’est le gars un peu maladroit/pas chanceux qui se fait toujours pogné à cause des autres.

Il est sorti en mars dernier, et n’a pas d’autres procès en vue, selon cette entrevue. Il va donc enfin pouvoir se concentrer sur sa musique, ce qui est une excellente nouvelle pour ses fans. La productivité n’a pas vraiment été affectée, puisque vendre de la drogue laisse beaucoup de temps libre pour la musique, mais là on espère qu’il va pouvoir focuser pour sortir un effort concentré.

Son style est assez distinctif. Très émotif, très honnête, très humble. Il fait partie de cette nouvelle génération d’artistes qui ne se sentent pas obligé de glorifier leurs activités criminelles, puisqu’elles leur apparaissent comme allant de soit. Tu grandis en apprenant le métier par ton père et tes cousins, puis tu reprends leur run quand ils sont en prison, morts ou retraités.

Sa plume hyper-réaliste permet facilement à l’auditeur d’entrer, l’espace d’un clip (toujours chargé et très «lifestyle») ou d’un album dans un monde autrement interdit.

Il se démarque notablement aussi par sa sélection de pistes musicales, très influencée par l’Est. Il a grandi avec Bone Thuggs, Dip Set, Memphis Bleek, Beenie Siegel et Emilio Sparks plutôt qu’avec les artistes de sa région (un trait que certains lui reproche d’ailleurs), et ça transparaît. Beaucoup de samples de voix, des patterns de drums boom bap (mais les bass bien profondes pour les sub de voitures, un trait de la Bay), des beats empruntés à Mobb Deep.

Rien n’est sûr avec ce genre d’artistes-brûleurs-de-chandelle-par-les-deux-bouts. Un pré-album devrait sortir en août (Black August) et Breaking ‘N Entering, le «vrai album» lui est prévu «early summer». On est rendu à une étape où les gars sortent des mixtapes pour hyper leur sortie APRÈS la sortie de leur album. Cré ben.

À lire aussi: les toujours très enthousiastes scribes de chez Pure Baking Soda ont fait un très bon post sur lui aussi l’an dernier.

En attendant, il y a plusieurs de ses projets disponibles, dont:

DWNLD: DJ Fresh +  HD – The Fresh Album (2011)

DWNLD: HD – Coldest Winter Ever, Tha Trife Stories (2011)

TAGS

                                    

4 Commentaires

  1. TommyKruise says:

    Tellement mon artiste bay area préféré right now avec Lil Rue et J.Stalin !

  2. jeunechien says:

    Faque cest du cloudrap dans lfond. nice.

    • lkb says:

      tout se vaut, vu que cest des étiquettes qu’on invente APRÈS la musique, mais perso, il est plus gangster-basé que dans les nuages. Il n’y a pas vraiment de 2 ou 3e degré d’abstraction dans ses trucs.

      • jeunechien says:

        En tout cas “Always be there for you” a vraiment le beat ultime de cloudrap, on dirait la musique de Zora’s domain dans Zelda ^_^

LAISSE UN MESSAGE

Votre adresse courriel n'est jamais publié. Les champs obligatoires sont marqués *

*
*