Profil: Migos (Atlanta, GA)

7 Juin 2013 / par

Migos est un trio (temporairement binôme, prison oblige) de drôles de moineaux d’Atlanta. Ils sont officiellement Quavo, TakeOff, Offset, mais on pourrait pratiquement compter le producteur Zaytoven tellement il est central au buzz qui grandit autour d’eux. Le carnet d’adresses extrêmement bien foutu du légendaire pitonneur d’Atlanta ne peut pas ne pas avoir contribué au rayonnement du trio recrue. Mais bon, c’est aussi qu’au départ, ils ont quelque chose qui les fait sortir du lot.

Un peu à la manière d’un Trinidad James ou d’un Young Thug, les Migos sont éxubérants, énervés (parois énervants même) et d’un bizarre (relatif) délibéré. Au coup d’oeil, l’obsession pour la mode italienne est probablement ce qui les distingue le plus.

À l’écoute, leurs morceaux exploitent des thématiques classiques de la trappe, mais avec une  naïveté quasi-enfantine qui a tendance à les rendre plus sympathiques que menaçants, les refrains prenant souvent l’allure de comptines pour enfants. Bando est probablement le meilleur exemple de leur créno assez unique de «trap de maternelle».

La première fois que j’ai entendu Versace, ci-dessous, c’était au Midway, pendant le set de Tommy. Pouvoir revenir dans le temps, j’apprendrais tous les moves de la vidéo ci-bas et me re-télétransporterait à ce moment précis.

Versace + chorégraphies incroyables.

Rap-ballade patwa autotunée future-esque:

Story of a snake

Leur première mixtape (je pense) No Label, est parue il y a exactement un an.
Migos – No Label

Ils montent tranquillement leur klout en prévision de la sortie de Yung Rich Niggas, disponible en principe le 13 juin. RIP, le plus récent single, est un hommage minimaliste à Pimp C, tout à fait dans l’air du temps du rap triste. (shout out à la ligne où il dit qu’il veut déménager au Canada).

J’aime beaucoup cette image:

Via SMACKDAHOE

TAGS

                           

LAISSE UN MESSAGE

Votre adresse courriel n'est jamais publié. Les champs obligatoires sont marqués *

*
*