Profil : Zomby

3 Octobre 2011 / par

Assez content d’avoir réussi à voir Zomby en fin de semaine. Non seulement ça a été dur de faire bouger la population d’Idiotville (j’ai finalement échoué), mais j’ai dû déjouer la sécurité du GrassLands (une gallerie/bar avec des toilettes qui ressemblaient à celles de l’ancien Blue Dog) pour les convaincre qu’il restait des billets.

Le producteur britannique fait de la musique depuis 2007. Il est parmi les premiers a avoir colonisé les terres de la basse de cette manière (avec Burial Kode 9, etc.), et qui allait finalement aboutir en brostep américain à la Skrillex. Il a une série de EP à son actif, mais sa première sortie officielle, Where were you in ’92, un hommage à l’âge dor du rave, mais revisité à la basse-de-chez-nous, l’a propulsé vers une certaine célébrité. Son nouvel album, Dedications (qui est disponible sur iTunes, donc pas de download ici!)

YouTube Preview Image

À Grasslands, son set était un peu bâtard. Il a commencé en retard et ses affaires étaient mal branchées, donc il y a eu un 5 minuttes de malaise avec un gars dans un masque de Guy Fawkes. Ses 2 premières tounes: Used to be du nouveau The Dream et du Drake. Puis la basse a embarqué. Et la beauté s’est ouverte. Un set sombre, dansant, plein de caisse claire, des morceaux parfaitement enchaînés, des genres innomables et inclassables. Et il a fini avec du Soulja Boy et une autre toune dont le refrain/concept principal était «Wassup Haters».

YouTube Preview Image

Pis un mixtape de 2008, intitulé candidement «Hey Mutherfuckerz!!!»

De la ben belle ouvrage.

Ah oui: Fouillez pour les gars de Fixed qui ont fini la soirée. Trèèès gros set.

TAGS

                              

LAISSE UN MESSAGE

Votre adresse courriel n'est jamais publié. Les champs obligatoires sont marqués *

*
*