Rich Homie Quan te fait ressentir toutes sortes d’affaires (profil)

17 Juillet 2013 / par

Argument de plus pour montrer aux puristes et nostalgiques qu’on est bel et bien dans une ère post-rap: tous ces jeunes artistes (principalement venant d’Atlanta, mais pas que…) dont la pratique se rapproche toujours plus du chant et de l’effort mélodique.

Le dernier à avoir percé le mur de l’indifférence et la ligne Mason-Dixon s’appelle Rich Homie Quan. Vous l’aurez peut-être attrapé sur le dernier Trap God de Gucci Mane. Ou sur le banger «My nigga» de la dernière mixtape de Young Jeezy. Ou dans une des nombreuses apparitions médiatiques qu’il fait depuis quelques semaines.

Exemple vivant de la force du marché local d’Atlanta, Quan a amassé 50 000 downloads en 4 mois pour sa mixtape Still Going In (reloaded) et plus de 3 millions de clics sur un ghetto-vidéo pour Type of way, qu’il vient de refaire, avec des jeans Polo aussi extravagants que son whip canari. D’ailleurs, quelque chose a du se passer, car sa vidéographie a migré en bloc vers Vevo dans les derniers mois/dernières semaines. Il est Quelqu’un, quelque part, a de grands plans pour ce jeune garçon…

Et ce n’est que récemment que les médias du Nord ont commencé à lui prêter attention, ce qui laisse présager que plus de la moitié du Nord du continent reste à le découvrir. Si vous avez de l’argent investi dans ce jeune homme, j’attendrais encore un peu avant de l’écouler.

La comparaison avec Future ou Young Thug est bien sûr récurrente. En entrevue, il s’associe plutôt aux Migos et à Trinidad James, avec qui il est sur l’agence Think It’s a Game (T.I.G) Entertainment. Mais les gens tendent à confondre tous les rappeurs qui ont adopté ce nouveau flow chanté du Sud (combien pensait que c’était Future qui posait sur Trust You?) En entrevue Quan se défend évidemment d’être sur le style de qui que ce soit. Lorsqu’un rappeur devient le roi de la montagne, il est normal que les observateurs soient plus réceptifs à ceux dont le son possède une parenté géographique ou sonique. On assiste aussi peut-être simplement à l’émergence d’un renouveau du «son» d’Atlanta, un peu comme Outkast et Goodie Mob avait fait pour la capitale georgienne au milieu des années 90.

Dans ce cas, la généalogie stylistique de ce renouveau devra inévitablement remonter jusqu’à Drake. Il faudrait être de bien mauvaise foi pour ne pas reconnaître que Drizzy est à la deuxième moitié des années 2000 ce que son mentor-maintenant-clown-skater était à la période 2000-20006: un «game changer».

La version «reloadée» (mars 2013) de Still Going In (sorti en juillet 2012), composé pour l’essentiel en prison, reste le premier arrêt pour quiconque veut s’époumoner à crier du Quan.


Download Mixtape | Free Mixtapes Powered by DatPiff.com

LAISSE UN MESSAGE

Votre adresse courriel n'est jamais publié. Les champs obligatoires sont marqués *

*
*