Scoop: Les rappeurs de la Baie de SF font aussi (presque) du camping (clip)

1 Octobre 2014 / par
YouTube Preview Image

Je pense que c’est la première fois que je vois des rappeurs utiliser le «camping» comme lieu de clip. C’est le genre d’affaire que Ironik et Narkoi auraient pu pull, mais je refuse d’aller fouiller sur Youtube pour me contredire moi-même.

Pire (et il n’y a pas vraiment de façons que ça ne sonne pas raciste), mais je pensais même pas que les Afro-Américains faisaient du camping dans la vie. Voici 5 autres choses incroyables à propos de ce vidéo:

1) La tradition du camping impose un choix alimentaire douteux. Ici, ils respectent les conventions à la lettre: guimauves, saucisses à hot dog et des 1,5 L de piquette d’Earl Stevens ouvertes avec un set de clés (voir 1:32).

2) Le choix de l’endroit trahit quand même leur inexpérience de la vie sauvage, et leur attachement aux commodités modernes. Les gars doivent littéralement entendre les auto passer sur le Golden Gate.

3) Ça m’a pris jusqu’au dernier verse pour comprendre que c’était pas une fille, la personne avec le chandail style New Era, les longues tresses et l’imposante poitrine.

4) La mise en scène de la guitare est tout simplement géniale. Ils réussissent à la plugger dans 75% des shots autour du feu, mais jamais d’une manière moindrement réaliste. Ça devient même une pôle de danseuse à un moment donné. Le plus absurde, c’est quand les filles grindent: je peux certifier que jamais dans l’histoire des tounes de feu de camp il n’est arrivé un moment où quiconque s’est mis à se frotter lascivement sur les accords approximativement grattés de «Wonderwall».

5) Encore plus improbable que rassembler 3 gars du hood autour d’un feu de camp: y ramener des ratchets. Ils ont monté une tente pour «faire vrai», mais on sait tous comment le shoot s’est terminé: la blonde a eu envie de pisser, elle voulait pas aller dans le bois, fak tout le monde a levé les feutres pour aller au McDo le plus proche, genre «On reviendra juste nous trois demain dans le jour pour finir nos masters sur le bord de l’eau».

TAGS

            

LAISSE UN MESSAGE

Votre adresse courriel n'est jamais publié. Les champs obligatoires sont marqués *

*
*