Tendances: Le rap lesbien.

22 Septembre 2011 / par

Parmi les stéréotypes anti-rap véhiculés avec véhémence dans le discours public, la mysoginie et l’homophobie sont constamment dans le top 5. Pis comme j’ai comme mission devant l’Impénitent de repousser les stéréotypes et confondre l’ignorance des épais, voici un instantané d’une tendance qui a toujours fait partie du sous-sol du rap, mais qui ressort en force depuis quelques mois:  le femceeing AKA le rap lesbien.

Felicia «Snoop» Pearson

YouTube Preview Image

Une des raisons pourquoi The Wire est la meilleure série de tous les temps (pas de pleurnichages «Mmmmememe «LOST» mmeumeumeu» SVP), c’est grâce à ses personnages plus grands (et terrifiant) que nature. Parmi ceux-ci, Snoop est une des plus marquantes. Sa scène d’introduction (ci-haut) est une des raisons pour laquelle Stephen King a dit qu’elle était «perhaps the most terrifying female villain to ever appear in a television series.» C’est peut-être parce que ses deux parents étaient des crackheads pour vrai. Pour moi, c’est la femcee-type (même si elle rappe pas vraiment).

Lady Sovereign.

http://www.dailymotion.com/video/xvwxp

Je sais pas c’est quoi le consensus sur Lady Sovereign. Moi je l’ai toujours bien aimé: Elle avait un accent cool, elle savait rimer, elle avait l’attitude parfaite mi-bad ass/mi-cute. Pendant un bout de temps, Ghislain Poirier et Jay-Z pensait la même chose que moi. Puis elle est sortie du placard et on pu jamais entendu parler d’elle. Je dis pas qu’il y a un lien, je fais juste relater des faits…

Kreayshawn et la White Girl Mob.

YouTube Preview Image

La femcee sur toute les lèvres (pause). Aucune idée où sera son étoile quand vous lirez ça, parce que sa carrière semble aussi instable qu’un rush d’oestrogène: Une journée elle est au VMA’s, le lendemain Rick Ross veut la tuer… Elle a revendiqué clairement dans quelle équipe elle jouait, bien que l’image qu’elle projette soit assez hétéronormée (par opposition aux autres rappeuses de ce post). Sa principale particularité est d’entretenir un crew de lesbiennes autour d’elle (Lil Debbie et V-Nasty sont les plus connues).

Siya.

YouTube Preview Image

Siya, c’est un peu Snoop Pearson, mais dans la vraie vie (dans la mesure où «le rap» n’est pas vraiment la vraie vie, bien sûr). Pas grand d’information sur elle, a part qu’elle ne doit pas être confondue avec la Siya de France.

Elle aime pas beaucoup V-Nasty et Kreayshawn non plus…

YouTube Preview Image

Khaos Da Rapper.

YouTube Preview Image

Grosse track. Je vais, pour la première fois de ma vie, citer un commentaire Youtube: «V neck, whole body inked, fitted cap, long hair, and lyrics that don’t matter but is somewhat good… Lil wayne la female version. True story yo». C’est une description qui pourrait aussi s’appliquer à 90% des nouveaux rappeurs.

Yo Majesty !

YouTube Preview Image

Les pionnières du genre ? En tout cas, elles faisaient des tournées avant que Kreayshawn s’achète une caméra numérique. J’ai un souvenir du Club Lambi, plein de dizaines de lesbiennes que j’avais jamais vues de ma vie. Le «power move» du groupe: la plus grassouillette des deux se mettait torse nu en plein milieu du spectacle.

Et, en rafale, des artistes dont je n’avais pas vraiment assez de matériel pour faire ce fameux amalgame de données semi-sérieuses et de commentaires sarcastiques qui fait notre réputation.

Temper.

YouTube Preview Image

Fiona Simone.

YouTube Preview Image

Shawty.

YouTube Preview Image

Et un posse track, pour montrer que le puit de femcees est presque sans fond.

YouTube Preview Image

 

2 Commentaires

  1. evablue says:

    at least the naked person in the first image shaved her armpits. o_O

One Trackback

  1. [...] y a une scène de rap lesbien/ambigu relativement bien [...]

LAISSE UN MESSAGE

Votre adresse courriel n'est jamais publié. Les champs obligatoires sont marqués *

*
*