TLCHRGMNT: Abandonné par The Weeknd, Drake s’est trouvé un PARTYNEXTDOOR

3 Juillet 2013 / par

Abel Tesfaye n’est pas ce qu’on pourrait trouver de plus loyal dans ce monde. Il a abandonné Zodiac, avec qui il avait élaboré le concept et le son de The Weeknd, le jour où il a commencé à avoir du succès. Et après avoir reçu un solide coup de promo de la part de Drake, qui a ni plus moins commencer le buzz autour du crooner, ce dernier a signé avec Republic Records plutôt qu’avec OVO, le label de Drake, qui est aussi son plan de retraite, vu qu’il a appris qu’il ne pouvait pas trop se fier à Birdman quand il lui dit «que le chèque est dans la poste». Je fais des suppositions, mais il y a de bonnes chances que quand Drake chante «No new friends», il pense un peu à The Ingrat.

PARTYNEXTDOOR est donc condamné à subir la comparaison avec Tesfaye. Il y a une partie évidemment belliqueuse dans l’idée de développer un artiste aussi similaire à un autre, mais pour l’observateur extérieur, c’est aussi le développement du «son de Toronto» qui se concrétise. Drake semble penser que le marché n’est pas saturé, et qu’il y a encore de la place pour au moins un joueur de plus dans ce segment.

Mais laissons faire le potinage pour nous concentrer sur la musique: On retrouve les même thèmes cher au r ‘n b, comme les filles, la drogue, la farniente. Les drums, assourdis, arythmiques faits pour être ralentis et choppés, portent l’empreinte de l’univers sonore développé par Zodiac (qui n’est pas relié au projet) et “40″ Shebib, le partenaire de longue date de Drake (pause) et l’artisan derrière Make a mil, le plus gros hit de PND à ce jour. PARTYNEXTDOOR a cependant un penchant beaucoup plus près de la culture rap, qu’on remarque dans les couplets et le recours occasionnel à l’autotune.

Il y aussi une intentionnalité, une démarche pour présenter, positionner et vendre PND qui ressort beaucoup plus que lorsque les premiers morceaux de The Weeknd ont émergé sur le web. On se demandait qui était derrière cet univers parallèle, les intentions, la part de vrai, de faux. Avec cette aventure, Drake (qui est omniprésent sur l’album) met carte sur table ($$$), et l’orchestration manque, à mon avis, la petite touche d’indépendance qui était, au moins en partie, responsable du buzz autour de The Weeknd.

À prévoir: PND sera sur-représenté sur Nothing was the same, le prochain Drake.

via passionweiss

TAGS

               

LAISSE UN MESSAGE

Votre adresse courriel n'est jamais publié. Les champs obligatoires sont marqués *

*
*