TLCHRGMNT: THE-DREAM – Parental Advisory Mixtape

19 Mars 2013 / par

Je reviens à peine du Texas. Un grand sage m’a dit un jour qu’il vaut mieux vivre pour écrire qu’écrire pour vivre, et je prends depuis mon non-professionnalisme très au sérieux. Une fois de temps en temps, il faut aller voir ça ressemble à quoi de la musique qui n’est pas joué dans des speakers de Macbook.

Je vous épargne les enflures hyperboliques, les épithètes colorés et le cassage d’oreilles du «avec qui j’ai bu», «à qui j’ai passé un joint», «qui était là à tel party» et toutes les choses insignifiantes racontés par ceux qui ont besoin de vous convaincre que leur  vie est plus extraordinaire que la vôtre.

Cependant, dans les circonstances, je me dois une petite entorse. Cette mixtape est sortie à peu près en même temps de ce qui a été une expérience marquante de ma vie. Je ne le savais pas au moment où The-Dream montait sur la petite scène SoundCloud, parce que le savoir coûte pas mal cher du MO quand on sort de chez-nous. En fait je ne savais même pas que Terius Nash était là ce soir-là. Et il fallait vraiment une intuition de Sherlock pour imaginer que les 70 badauds qui pirataient les bières gratuites étaient là pour un des plus grands génies de la pop contemporaine. De fait, dès que son band a commencé à jouer, un Anglais à ma droite m’a demandé qui allait embarquer.

Son set a été monumental: une retrospective sans interruption de ses quatre albums et collaborations, sans hypeman ou support vocal. De l’émotion pure, roucoulée de manière nette et claire dans un micro étincelant d’or. Le tout dispensé devant seulement une poignée de suppôts en mesure de prendre conscience de la rencontre exceptionnelle à laquelle ils participaient.

Parce qu’il est tout à fait séditieux qu’au 21e siècle, une des plumes les plus influentes de la pop mène une carrière solo de rnb radical sans compromis, sans aucune volonté de remplir des arénas partout en Amérique.

Après avoir interrompu «Used to be» pour aller verser une larme derrière son claviériste, il est revenu sur scène pour s’excuser, mais que «Sometimes, it’s just too hard. Sometime it’s just too fucking real». Intègre, talentueux, polyvalent, sympathique: la seule personne qui peut atteindre The-Dream, c’est lui-même.

Liste de pistes:

1. “Ditch That”
2. “Dope Bitch”
3. “I Luv Your Girl”
4. “My Love”
5. “Shawty Is The Sh**”
6. “Love Again”
7. “Nikki”
8. “Roc”
9. “Walkin On The Moon”
10. “Slow It Down”
11. “Falsetto”
12. “Rockin That Sh**”
13. “Fancy”
14. “Throw It In The Bag (Remix)”

Ne vous inquiétez pas, vous serez mis au courant quand «IV Play» sortira.

Via Mishka

2 Commentaires

  1. Jeanbart says:

    Damn, j’suis un peu jaloux que Terius était là. aurais aimé voir ça

    • lkb says:

      il faut que qqun le book ici. Je sais pas comment il coûte, mais sa performance est vraiment incroyable… Je te raconterai!

LAISSE UN MESSAGE

Votre adresse courriel n'est jamais publié. Les champs obligatoires sont marqués *

*
*