Voilà pourquoi Kevin Gates est probablement le rappeur le plus aimable au monde (entrevue)

31 Mars 2014 / par

Toute la run au Texas a été justifiée par le fait d’avoir pu voir Kevin Gates. La première fois, j’ai été profondément touché, Mais j’étais aussi passablement éméché. Donc pour être sûr que ce n’était pas l’alcool qui parlait, je suis retourné le voir jouer le lendemain au showcase de Paul Rosenberg. #professionnalisme

Et ce fût tout aussi spectaculaire.

L’humilité est une qualité rare de nos jours, mais dans le rap, c’est encore plus improbable. On retrouve dans ces 20 minutes la même vulnérabilité qui irradie de la musique de Kevin Gates. Malgré la piètre qualité des intervieweurs de Microphone Check, Frannie Kelley et Ali Shaheed Muhammad, qui ne semblent absolument pas préparés, le Louisianais reste affable, poli et répond avec sollicitude, sourire en coin.

Mes moments préférés:

-De la façon dont il dit: «When you said your name was Muhammad», je suis pas mal convaincu que Gates ne sait pas qui est Ali Shaheed/qu’il n’en a rien à faire d’A tribe called quest.

-Gates qui reprend Kelley sur sa première question.

-Shaheed, qui a l’air perdu d’un bout à l’autre de l’entrevue, et qui ne comprend pas ce que Kevin Gates veut dire par «being away». La face que Gates fait quand il lui dit «I’m talking about prison» > …

-Quand Gates parle de son amour pour les romans de vampire, de Twilight, d’Anne Rice et du fait que la Louisianne est «la capitale des vampires des États-Unis».

-La conclusion: «Hi my name is Kevin Gates aka Luca Brasi. [...] Imma die like this: A good person.»

Son plus récent projet, By any means, est aussi excellent que gratuit.

LAISSE UN MESSAGE

Votre adresse courriel n'est jamais publié. Les champs obligatoires sont marqués *

*
*