YNG SOOZ – ZANE WIT DA TANE 10KILOS.US LIVE MIX (Entrevue + tlchrgmnt)

9 Février 2015 / par

Lorsque j’ai rencontré Yng Sooz dans une ruelle du plateau il y déjà plus d’un an, je ne m’attendais pas à ce qu’il s’avère être un des plus grand Producteur/Dj/Lover boy de sa génération. Depuis ces quelques octanes sirotés avec lui un beau soir d’été, j’essaye de le suivre lui et ses multiples alter-egos un peu plus rares, mais c’est difficile de keep up avec le boy.

Voici donc un enregistrement live de son mix lors de la plus récente soirée réunissant les Octane Boyz et le WCT :

En bonus, une petite interview pour vous aider à connaître cet être magnifique.

Avant de rentrer dans les détails, parles moi un peu du Zane wit Da Tane mix. Étant donné qu’il vient sans tracklist, à quoi les gens peuvent s’attendre en l’écoutant ?

Faire danser le monde est quand même plus compliqué qu’on le pense. J’entends souvent du monde dire «C’est tellement facile être DJ de nos jours», mais je pense que c’est encore plus facile de se planter qu’avant. Je suis encore jeune mais donc chanceux d’être au courant de ce que le monde aime entendre dans les clubs. Ce mix-là est comme un équilibre entre ce que j’écoute dans ma chambre quand je suis tout seul et des trucs plus accessibles. J’adore le «reverb», j’essaie d’en garder tout le long de mes sets pour que les tracks se lient plus facilement. J’ai mis beaucoup de mes propres beats dans ce mix-là, j’ai aussi mis des beats de mes boys connus et d’autres pas assez connus, comme toujours. Je me dis toujours que j’aurais dû mettre plus de Mac Dre ou de Too $hort par exemple (fuck), mais avec moi tu peux t’attendre à au moins entendre une track de Weezy par set, qui est un de mes idoles. Dans l’ensemble j’essaye de rester «dark» parce que dans les bars y fait noir pis c’est l’fun frencher pis danser dans l’noir.

Quand fut la première apparition du Sooz ?

« Ça dépend… moi Yng sooz, suis né le 31 janvier 1994, dans la chambre d’un petit 4 1/2 du Plateau, tout près du Parc Lafontaine, et ce, par une incroyable tempête de neige. La sage femme devait se ramener en char de Laval (shout out à Laval) pis par le temps qu’elle arrive ben, j’étais déjà popped out (true story). »

Pis la musique ?

«Je me souviens quand j’avais genre 11-12 ans j’avais download un bootleg version de FL (NDLR: Fruity Loops) sur le Windows 1998 de mon beau-père. J’trouvais ça fresh: je faisais des remixes de Boyz N Tha Hood pis je samplais du Lhasa de Sela. Sinon, plus jeune, c’est surtout mon père qui m’a appris à jouer de la guitare classique. J’ai continué tout seul par après, parce que mon père n’était que de passage au Canada. J’ai même eu un band de hardcore/punk/whatever jusqu’à mes 17 ans. Ah pis j’oubliais jai eu des shitty cours de drums jazz pis des cours de piano aussi mais ma prof de piano m’aimait pas vraiment parce que j’essayais toujours de changer les sons pis les EQs sur son piano électrique.»

Comment tu perçois Yng Sooz par rapport à tes autres projets comme Slivered ou Lil Toyota?

«Lil Toyota est comme le magicien noir de ma personnalité, j’y vais souvent plus avec des beats d’inspiration moyen-âgeuse pis répétitifs, souvent comme semi-dark/sad, mais LT est mort il y a de cela 8 mois maintenant, dans son coin de pays natal, en Alaska. Slivered est tout récent et divisé en deux phase; premièrement c’est mon côté plus heavy et plus agressif, issu de mon passé plus hardcore/punk/métal, mais vraiment exploité dans la musique électronique, souvent des grosses transes de comme 10 minutes et plus. Deuxièmement, sur le même projet tu vas retrouver des tracks de synth pop ultra catchy pour comme prendre un ‘break’ de toute cette violence. J’ai commencé à pas mal écouter de vieux industriel pis de techno y’a pas trop longtemps puis j’ai décidé de mixer ce vibe-là avec le synth pop/minimal, des sons de vieux synths analogue, un son que j’aime particulièrement depuis des années. Pour boucler tout ça ensemble, il y a Yng Sooz. Mes beats sad à saveur japonaise, mon projet le plus ‘hip-hop’ si tu veux hahaha. Mais pareil dans ma tête c’est important, Sooz est ma manière de me défouler quand je suis tanné de jammer un de mes égos.»

On peut s’attendre à un Ep du Jeune Sooz bientôt ? As-tu besoin de te défouler ces temps-ci?

«Pour de vrai, oui. Ça fait depuis cet été que je garde des beats dans mon hard drive puis je vais les dropper très bientôt. À date les thèmes les plus récurrents du EP sont: l’amour, la chaleur, les nouvelles rencontres et ma nouvelle maison. C’est un EP vraiment basé sur des moments précis de la fin de mon 2k14 et le début de mon 2k15. Plusieurs de mes amis vont être contents que je drop les beats que je jouais cet été dans les bars, je pense que ça veut beaucoup dire pour eux aussi.»

Merci Yng Sooz

«Je veux juste dire une dernière chose… GHOST GIRL JE T’AIME»

Tu peux voir Yng Sooz, le romantique chef des octaniens, performer le 14 Février @ Kiss Me Thru Da Booth au Blue Dog avec Pablo Reikon, Martyn Bootyspoon et le WCT pour la St-Valentin.

Sinon :

Yng Sooz sur soundcloud
@derniersexe sur instagram
et slivered pour les intimes.

TAGS

               

LAISSE UN MESSAGE

Votre adresse courriel n'est jamais publié. Les champs obligatoires sont marqués *

*
*